Lettre ouverte de Pellel DIALLO.

Cher Président Alpha Condé Ne touche pas mon Article 27 Cher Président, je reviens avec cet article suite à vos discours de Paris et Mekhenés. La réponse laconique sur la fin du mandat du Président Guinéen Alpha Condé lors de sa dernière conférence de presse est inquiétante. On peut même estimer cela à une insulté à la constitution et de notre intelligence collective. La constitution Guinéenne est claire en son article 27. Elle stipule « le président de la République est élu au suffrage universel direct.

La durée de son mandat est de cinq ans renouvelable une fois. En aucun cas nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels, consécutifs ou non ». Eu égard de tout cela nous ne sont pas à l’abri d’un coup d’état institutionnel en Guinée, car les sirènes révisionniste ont commencé depuis quelques mois aux USA par le Général putschiste, puis à Labé par le Gouverneur de région, également à Conakry par le chef du groupe parlementaire de la mouvance. Le président Alpha doit lever le doute par une réponse claire et ferme, à l’image de l’ancien président Bénin M. Boni Yayi c’est -à -dire joindre la parole à l’acte. Le mandat du Président est de 5ans renouvelable une fois. Le Président Alpha n’a pas le droit d’exercer plus de deux mandats en Guinée. Ce principe ne peut faire l’objet de révision ni par l’assemblée nationale ni par voie référendaire.

Notre norme supérieure en son article 154 est claire avec des termes précis. Cette volonté manifeste du chef de l’Etat à semer le doute dans la conscience collective de Guinéens ne passera pas. Il est le garent du respect des institutions républicaines, cependant il n’est point le souverain en Guinée. Vouloir briguer un 3e mandat est une violation du serment passible d’une haute trahison. Le peuple de Guinée est souverain il ne veut pas d’homme fort car, ça n’a pas de sens. Nous avons besoin d’enraciner la démocratie dans ce pays martyrise par le silence et le conformisme coupable de ses cadres. Halte à toutes velléités d’un troisième mandat du Président Alpha Condé. L’expérience africaine montre à chaque fois que les chefs d’Eats souhaite souiller les lois de la République, l’un des premiers arguments est le suivant « le peuple va se prononcer au moment venu ».

Le Président Alpha vient d’emprunter le même vocabulaire hélas. La Guinée a des hommes et des femmes à ce jour capable d’incarner la présidence de la République et ses institutions, de la mouvance à l’opposition. M. Alpha Condé peut librement se faire valoir son droit à la retraite au terme de son second mandat en 2020 pour l’intérêt supérieur de la nation. Ne touche pas mon Article 27- cher Président ! Fraternité Républicaine

Pellel DIALLO

Be the first to comment on "Lettre ouverte de Pellel DIALLO."

Leave a comment

Your email address will not be published.


*