USA : la première journée de Trump à la Maison Blanche perturbée par des manifestants

Donald Trump, le nouveau président des États-Unis, s’est rendu vendredi à la Maison Blanche avant son investiture officielle. En marge de l’événement, des manifestants opposés à sa politique ont cassé des vitrines et du mobilier urbain dans les rues de Washington.

Une journée forte en symboles. Ce vendredi 20 janvier marque la passation de pouvoir entre Barack Obama, resté huit ans à la Maison-Blanche, et son successeur, le milliardaire Donald Trump.

Et comme souvent avec ce dernier, la journée a commencé sur Twitter, où le nouveau président des États-Unis a publié un message enthousiaste : « Tout commence aujourd’hui ». Pour cette journée historique, Donald Trump, habitué à ne rien faire comme tout le monde, a suivi la même tradition protocolaire que ses prédécesseurs.

Trump suit le protocole, ses détracteurs provoquent des heurts

Après une nuit à Blair House, résidence réservée aux hôtes de marque située en face de la Maison Blanche, le républicain et son épouse Melania se sont rendus à l’église St John. Ils ont ensuite été accueillis pour un thé à la Maison Blanche par Barack et Michelle Obama, en compagnie également du futur vice-président Mike Pence, 57 ans, et son épouse.

Dès avant l’aube, sous un ciel menaçant, des milliers d’Américains ont commencé à se rassembler sur les longues pelouses du National Mall qui font face au Capitole, où l’ancien et le nouveau présidents se rendront ensemble.

Des manifestants anti-Trump dans les rues de la capitale 

Certains d’entre eux, venus pour marquer leur opposition à la ligne politique de Trump, s’en sont pris au mobilier urbain, renversant les poubelles et cassant des vitrines. La police a été dépêchée sur place pour juguler le mouvement.

En marge de cette passation de pouvoir agitée, Barack Obama a quitté le bureau ovale pour la dernière fois de sa carrière pour accueillir le couple Trump. Il s’est ensuite lui aussi fendu d’un tweet en forme d’hommage à la fonction présidentielle et de remerciement aux citoyens américains.

Barack Obama en a également profité pour annoncer la création officielle d’une fondation éponyme, dont la bibliothèque sera installée dans sa ville de cœur, Chicago. Celui qui deviendra officiellement vers 17 heures GMT l’ancien président des États-Unis a demandé à ses partisans et concitoyens de se servir de cette fondation pour « partager leurs opinions avec lui ».