Présidentielle Américaine : Michelle Obama exprime son dégoût face aux propos « intolérables » de Trump sur les femmes

 

À l’occasion d’un discours de soutien à Hillary Clinton, jeudi, dans le New Hampshire, Michelle Obama a dénoncé le comportement de prédateur sexuel de Donald Trump. « Ces propos m’ont glacée jusqu’à la moelle », a-t-elle déclaré.

Michelle Obama a exprimé son dégoût face aux propos « intolérables » tenus par Donald Trump sur les femmes. « Quel que soit le parti auquel on appartient, démocrate, républicain ou indépendant, aucune femme ne mérite d’être traitée de cette façon », a déclaré l’épouse du président américain, jeudi 13 octobre, dans un discours passionné lors d’un déplacement dans le New Hampshire. « Il ne s’agissait pas de discussions de vestiaire. Il s’agissait d’un homme puissant s’exprimant librement et ouvertement sur un comportement de prédateur sexuel », a-t-elle asséné.

La Première dame faisait allusion aux propos vulgaires et dégradants que le milliardaire a proférés en 2005 sur les femmes. Depuis leur révélation il y a une semaine, Trump, en chute accéléré dans les sondages, a échoué à apaiser le tollé provoqué.

« Je ne peux pas arrêter d’y penser. Ces propos m’ont glacée jusqu’à la moelle, m’ont bouleversée à un point que je n’aurais jamais imaginé. J’entends ses remarques et elles me blessent, et je suis sûre qu’elles vous blessent aussi, surtout les femmes […] », a encore dénoncé Michelle Obama.

Donald Trump, également accusé d’agressions sexuelles, s’est dit, lui, victime de « mensonges éhontés » colportés par des medias à la solde de sa rivale démocrate. « Ces accusations vicieuses selon lesquelles j’aurais eu un comportement déplacé avec les femmes sont totalement et absolument fausses », a réagi le magnat de l’immobilier, qui n’a jamais été autant en difficulté dans sa course à la Maison Blanche. « Ces attaques sont orchestrées par les [époux] Clinton et leurs alliés chez les médias ».

Aux États-Unis, une demi-douzaine de femmes disent pourtant avoir été victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles de sa part. « Je n’ai jamais rencontré ces personnes. Je ne sais même pas qui elles sont. Ce sont des histoires inventées de toutes pièces avant l’élection », a de nouveau déclaré jeudi soir Donald Trump lors d’un discours devant des jeunes à Colombus, dans l’Ohio (est).

Cette semaine, deux témoignages de femmes ont été publiés dans le New York Times. La première reproche à Trump de l’avoir pelotée alors qu’elle était assise à côté de lui dans un avion il y a plus de trois décennies. La seconde affirme que le républicain l’a embrassée contre son gré en 2005, lorsqu’elle travaillait comme réceptionniste dans la tour Trump à New York.

« L’histoire bidon publiée par le New York Times en plein déclin est inventée de toutes pièces », a tweeté le candidat républicain. Les avocats du magnat de l’immobilier ont exigé que le quotidien new-yorkais retire son article « infondé et diffamatoire », qu’ils jugent « destiné à pousser à l’échec la candidature de M. Trump ».

France24