Guinée : L’ONG SAMI presente les resultats du projet de sensibilisation des femmes enceintes et femmes allaitantes dans la ville de Conakry.

L’ONG Initiative Santé Maternelle et Infantile (SAMI) a présenté ce jeudi, 08 Septembre 2016 les resultats du projet de sensibilisation des femmes enceintes et femmes allaitantes. C’est la maison des jeunes de Ratoma qui a servi de cadre à cette cérémonie de presentation sous la présidence de la Directrice régionale de la santé de la ville de Conakry.

Financé par l’OMS, l’objectif de ce projet était de sensibiliser 5 000 femmes pour leur permettre de percevoir leur rôle et prendre leur responsabilité dans le suivi de leur grossesse, l’allaitement exclusif de leurs enfants et l’espacement des naissances.

Les 15 structures sanitaires visées par le projet sont :

Les centres médicaux communaux de Coronthie (Bernard Kouchner), Matam, Coléah, Flamboyant, Minière et Ratoma ;

Les centres de santé de Boulbinet, Kouléwondy, Maciré, Madina, Dixinn, Matoto, Lambandji ;

Le centre de santé confessionnel Saint Gabriel et le centre de santé associatif Bernay Fotoba.

Les sensibilisations ont été assurées par 20 animateurs et 5 superviseurs composés d’agent techniques de santé, des sociologues, biologistes et médecins.

Les principales thématiques abordées sont : la planification familiale (PF), la consultation prénatale (CPN), l’accouchement sans risque, l’allaitement maternel exclusif et la prévention de la transmission mère et enfant du VIH/SIDA (PTME).

La sensibilisation a été précédée d’un atelier de formation assuré par le Ministère de la santé à travers le programme Maternité sans risque. L’ensemble de ces activités a duré 2 mois soit allant du 7juillet au 31.août.2016.

Au terme de la mise en œuvre du projet, au total 6 837 femmes ont bénéficié des séances de sensibilisation dans les 15 structures sanitaires de Conakry, à savoir :

3 041 femmes enceintes ont reçu des informations nécessaires pour prévenir les risques liés aux avortements et aux grossesses précoces, rapprochées, nombreuses et tardives.

3 041 femmes enceintes ont maintenant de larges informations sur l’importance de la consultation prénatale pour elles et pour leurs futurs bébés. Elles s’engagent à se faire consulter régulièrement dans une structure sanitaire une fois enceintes.

3 001 femmes allaitantes ont été entretenues sur l’avantage de l’allaitement exclusif. Elles ont également été encouragées d’allaiter exclusivement leurs enfants pendant les 6 premiers mois de vie.

795 femmes en âge de procréer ont bénéficié des séances de sensibilisation sur la planification familiale et les méthodes de prévention des risques liés aux avortements.

3 796 femmes allaitantes et en âge de procréer ont reçu des informations sur les avantages liés à la planification des naissances et les bienfaits des méthodes contraceptives modernes. Certaines d’entre elles ont réitéré leur engagement d’utiliser ces différentes méthodes en fonction de leurs moyens.

Voici les témoignages de quelques femmes ayant suivi ces séances de sensibilisation :

« C’est la première fois que j’ai de telles informations dans ce centre. J’ai compris pourquoi il est important d’allaiter exclusivement son bébé et que le lait de la mère contient tout ce que son bébé a besoin »

« Moi je pensais que ma religion m’empêchait d’utiliser les contraceptifs modernes »

« Venez les amies ! il y a une association qui donne des conseils aux femmes pour accoucher à l’hôpital »

« Ce que vous dites est important, mais il serait bien que vous alliez dans nos quartiers. On a des voisines qui viennent rarement à l’hôpital même quand elles sont enceintes. ».

Les animateurs ont formulé les recommandations suivantes :

Faire des sensibilisations dans certains quartiers défavorisés de Conakry

multiplier les séances de sensibilisation dans toutes les structures sanitaires sans exception aucune ;

élargir les mêmes activités sur toute l’étendue du territoire national ;

mettre à la disposition de l’ONG SAMI des boites à images pour mieux illustrer les messages

assurer la prise en charge des mères démunies sur certains cas graves ;

faire des sensibilisations sur le cancer du col utérin également.