Guinée : « L’infrastructure est exigue par rapport à la demande des citoyens »dixit Dr Sekou Ditine Cissé, directeur du centre médical communal de Ratoma.

13934887_1105191716202969_8474694513488862075_nDans un entretien accordé à notre rédaction, le directeur du centre médical communal de Ratoma, Sekou Ditine Cissé a déclaré que de nos jours, son centre médical est petit par rapport à la demande des citoyens de Ratoma. Il a aussi parlé des différents services disponibles dans son centre.

Dans son intervention, Dr Cissé dira que son centre reçois plus de 2 milles patients par mois, entre 40 et 50 césariennes par mois et entre 10 à 15 hospitalisation par mois, hors mis les césariennes et environs 4 milles examens par mois. Ensuite, il indiquera que les pathologies les plus fréquentes dans son centre sont entre autres : le paludisme, les maladies diarrhéiques, les maladies respiratoires,  les problèmes grossesses avec ses complications qui peuvent provoquer la césarienne (retard pour venir à l’hôpital, le problème d’un petit bassin, mal position du bébé dans le ventre etc.), le problème de hernie, d’appendicite, d’infection génitale chez les femmes.

Ce centre médical prend en charge les malades dans le cadre des activités secondaire,  autrement dit les hospitalisations, les césariennes, les accouchements et il s’occupe aussi des activités primaires entre autres la vaccination, le planning familiale, la consultation prénatale et la nutrition. Mais il n’a seulement qu’une capacité de 22 lits pour toute la commune, alors que c’est le seul hôpital public au niveau de Ratoma. Ce qui veut dire que cet hôpital est relativement très petit quand on sait que Ratoma est l’une des plus grandes communes de la capitale. Mais malgré tout cet hôpital mène beaucoup d’activités.

Parlant de la prise en charge, Dr Cissé explique qu’elle commence par le tri et le malade est orienté vers le bureau des rentrés pour prendre un carnet pour être consulté chez un médecin. Après la consultation, il y a plusieurs voies à suivre. La première voie consiste à prescrire des examens et le patient est conduit au laboratoire soit pour la prise sanguine, la prise du sel ou la prise d’urine pour faire l’analyse. Deuxième voie, est  de faire un traitement d’urgence si le malade est dans un état grave en attendant et en temps on fait le prélèvement pour les analyses. Et la troisième voie ce sont des conseils soit au niveau la nutrition, après la vaccination et à la CPN après la consultation avant de donner le prochain rendez-vous, les conseils pour le planning familial et aussi l’explication sur les différents types de planning avec avantages de chaque méthode de contraception.

Selon le directeur du centre médical communal de Ratoma, son personnel soignant est pléthorique, car  de nos jours, la majeure partie des médecins préfèrent travailler à Conakry au lieu d’aller à l’intérieur du pays et surtout avec la petitesse de cet hôpital et il y a aussi  un nombre important de stagiaires.

Pour terminer Dr Sekou Ditine Cissé  a sollicité auprès de l’Etat, des partenaires de santé, ainsi qu’aux personnes de bonne volonté l’extension de son centre médical et des équipements, pour la prise en charge des personnes infirmes car les recettes seules de ce centre ne permettront pas à faire face à tous ces problèmes.

Hassane Housseïne