Les grands chantiers du Haut représentant du chef de l’Etat, Sidya Touré.

Sidya-Touré1Le président guinéen Alpha Condé a été officiellement installé président de la République de Guinée, pour un second mandat de cinq ans, en décembre 2015. Cette cérémonie d’investiture s’est tenue en présence de 13 chefs d’Etat, dont le président Alassane Ouattara.

Dans son premier décret de l’année 2016, publié dans la soirée du samedi 2 janvier, le président Alpha Condé a nommé le président de l’UFR, son opposant direct, Sidya Touré au poste de Haut représentant du chef de l’Etat. Un poste jusque-là inexistant…Face à la presse le Haut représentant du Chef de l’Etat, a livré ses premières impressions devant des médias, mobilisés à sa résidence de la Minière en ces termes:

« Je considère que c’est une marque de confiance que le chef de l’Etat vient de me témoigner. La veille nous avons discuté de tout cela. Je crois que c’est une très grande marque de confiance qu’il va devoir mériter dans les mois à venir. Et permettre à notre pays selon sa (ndlr Chef de l’Etat) propre volonté, de voir notre pays réconcilié mis au travail et vraiment de gagner la bataille du développement. Je crois que c’est l’objectif majeur. Cette fonction a été crée spécialement pour faire le travail qu’il souhaite et en rapport avec l’ambition que nous même avons actuellement pour notre pays et auxquels nous espérons pouvoir participer avec toute l’expérience qu’on peut apporter afin d’atteindre cet objectif. »

Après le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire est attendue par la Guinée, ce pays frère qui a besoin du soutien du président Alassane Ouattara. Et, le Haut représentant du Chef de l’Etat guinéen, Sidya Touré demeure la clé de voûte cette coopération entre les deux pays qui ont en commun plusieurs productions. C’est un réel défi pour Sidya Touré.

« J’ai demandé au président Alassane Ouattara de coopérer avec nous. Les ministres ivoiriens vont venir avec des techniciens la semaine prochaine pour travailler avec nous afin que nous relancions sérieusement la culture du café, cacao, palmier à huile et hévéa », a déclaré en juin 2016, le professeur Alpha Condé pour rattraper le retard de la Guinée dans ce domaine alors que celle-ci dépassait son voisin ivoirien il y a quelques années.

Il y a le problème d’électrification qui reste un noeud gordien que le Haut représentant du chef de l’Etat doit aussi dénouer au regard de ses relations personnelles avec l’exécutif ivoirien.

Le président guinéen Alpha Condé a été officiellement installé président de la République de Guinée, pour un second mandat de cinq ans, en décembre 2015. Cette cérémonie d’investiture s’est tenue en présence de 13 chefs d’Etat, dont le président Alassane Ouattara.La nomination de Sidya Touré qui est l’opposant direct au président actuel de Guinée n’est pas fortuite. Son conseiller politique, banquier d’affaires, M. Ahmed Kourouma s’en est réjoui « C’est une très bonne nouvelle. C’est une nomination qui va dans le sens de la réconciliation nationale…».

Mieux, il estime que c’est une nomination qui sera tout à l’avantage de la Guinée. « Sidya Touré, c’est quelqu’un de très bien, avec son carnet d’adresses, il va surtout aider le chef de l’Etat et le pays à l’international », se réjuit-il.

Depuis, sa nomination, Sidya Touré multiplie des visites tant privées qu’officielles en Côte d’Ivoire au cours desquels, il penche sur la question de développement de la Guinée avec certains proches du Président, Alassane Ouattara.

L’on sait par exemple que, outre le café et le cacao, la Guinée veut se servir de l’expérience ivoirienne pour renforcer sa capacité dans le secteur agricole. Sidya Touré est aussi attendu pour le redressement du secteur électrique dans le cadre de la relance du secteur de l’Energie.

La Guinée, surnommée « le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest », dispose d’un potentiel hydro-électrique estimé à 6.000 mégawatts (MW) constituant pour elle un avantage comparatif exceptionnel vis-à-vis de ses pays voisins. Mais en dépit de ce potentiel et des récents investissements dans le secteur (Centrale de Kaléta), le taux d’accès des populations à l’électrification reste encore bas (autour de 14%). Début 2012, le gouvernement et ses partenaires ont discuté et adopté un plan de redressement électrique comportant sept programmes prioritaires. C’est un travail d’hercule que le Haut représentant du chef de l’Etat guinéen est en train d’abattre dans l’ombre, en Côte d’Ivoire, en collaboration avec des autorités ivoiriennes.

(lepointsur.com)

Be the first to comment on "Les grands chantiers du Haut représentant du chef de l’Etat, Sidya Touré."

Leave a comment

Your email address will not be published.


*